EntreprendreEdito n°65: Octobre 2016

> TRI

Urbaneo vise l’économie de la fonctionnalité


Libercourt. Thierry Delcourt expérimente une offre de services innovante de mobilier urbain -abris bus et poteaux d’arrêt- adaptée aux nouveaux modes de mobilité.


urbaneoLorsque cet ancien directeur régional de Rexel reprend l’entreprise en 2002, elle ne comptait que quatre personnes. Depuis, Urbaneo a fait son nid sur un marché dont les gros ne voulaient pas : les abris-bus et les poteaux d’arrêt non publicitaires. 35 personnes en composent l’effectif en 2016, réparti en quatre agences sur le territoire national.

Après avoir mis au point en 1987 un abri bus recyclable à 99 %, cet ingénieur HEI va encore plus loin dans la lutte contre l’obsolescence programmée des produits en expérimentant une solution intégrée “multi-servicielle”. Celle-ci comprend la mise à disposition –c’est une évolution radicale -, l’entretien, la maintenance et l’information en temps réel… « Un abri bus placé devant un lycée technique ne vieillira pas de la même  manière que ce- lui placé devant un commissariat de police, en rester le propriétaire nous permet d’adapter notre offre servicielle. » un accompagnement par le Club Noë créé notamment par le CDEE, la CCI Grand Lille, Le CJD et le réseau Alliances, sur l’économie de la fonctionnalité a permis à Thierry Delcourt de bien repositionner son offre. Accessibilité, confort et information du voyageur au point d’arrêt sont trois axes stratégiques forts.

Vers une nouvelle dimension d’entreprise

Après la communauté d’agglo de Marne La Vallée avec la location de 17 abris, c’est au tour du conseil départemental du Val d’Oise de tester la nouvelle offre « servicielle » avec la récupération de 400 abribus existants. Ce nouveau positionnement provoquera d’importants besoins de financement et donnera une nouvelle dimension à Urbaneo. Thierry Delcourt mise sur le soutien du fonds Rev 3 ou de fonds régionaux d’investissement car l’économie de la fonctionnalité a un prix : « La mise à disposition de 150 abris coûte en valeur vente environ un 1 M€… »

Urbaneo est également l’un des acteurs de Livicote, projet de co-voiturage, porté par le pôle de compétitivité I-Trans entre le Bassin Minier et St Philibert à Lille, en phase de financement. « Nous imaginons la signalétique des points de regroupement des co-voitureurs. » Ces abris comporteront des points services pour les livraisons de colis, de paniers de fruits et légumes ou encore le partage de la voiture sur le point de stationne- ment.

En 2017, Urbaneo sortira une nouvelle génération d’abribus conçus pour intégrer ces nouvelles fonctionnalités. Sans oublier le nouveau poteau conçu pour les malvoyants qui, au moyen d’une té- lécommande autonome, peuvent localiser le point d’arrêt.

Ces avancées devraient doper le chiffre d’affaires, stable après cinq années de hausses consécutives : 3,5 M€ prévus en 2016. un chiffre équitablement réparti entre la vente (150 à 200 abris par an) et la maintenance (près de trois mille abris). Après Toulon en 2005, Le Mans en 2008 et la région parisienne près de Roissy en 2014, Thierry Delcourt se dit prêt à ouvrir en région lyonnaise et dans le Sud Ouest.

Armelle Roussel