EntreprendreECO121 - n°52 - Juin 2015

> TRI

Roll-Gom transforme les pneus en roues


Le fabricant de roues en caoutchouc recyclé de Tilloy-les-Mofflaines est engagé dans la Troisième Révolution Industrielle... depuis déjà 30 ans !


Comme Monsieur Jourdain qui déclamait de la prose sans le sa- voir, Roll-Gom pratiquait déjà la Troisième Révolution Industrielle avant l’heure!
Depuis 1985 chez Roll Gom, «rien ne se perd, tout se transforme » : nos pneus usagés y sont recyclés pour à nouveau devenir matière première et créer des roues. 80% des poubelles françaises sont par exemple équipées de roues made in Nord-Pas-de-Calais ! L’unique usine de recyclage de pneus en France s’est positionnée comme fournisseur exclusif pour Kärcher, les extincteurs Sicli et travaille avec Plastic Omnium ou Citec Environnement.

 

 

 

30 000 T de pneus recyclés
En Europe, le circuit de la récupération est organisé de longue date. Sans généralement le savoir, nous payons une éco-contribution d’1€25 à l’achat de chaque pneu. L’objectif ? Financer la filière du recyclage, de la collecte au tri pour assurer le meilleur réemploi. Roll-Gom récupère ainsi nos pneus usagés. Le processus démarre par le déchiquetage pour donner des chips de pneus. Puis, le caoutchouc, le textile et l’acier contenus dans les pneus sont séparés pour être mieux triés puis valorisés. Le textile servira de combustible pour les cimenteries, l’acier partira en aciérie et le caoutchouc broyé en poudrette. C’est avec cette dernière que seront moulées de nouvelles roues. 12 à 15 M en sortent chaque année de l’usine de Tilloy-les-Mofflaines grâce à 30 000 T de pneus recyclés. Enfin, une troisième vie est encore possible après un second recyclage. A nouveau transformées, les roues peuvent être valorisées en granulat pour les terrains de sports synthétiques ou servir à la fabrication d’objets moulés tel que les protections de racks de stockage ou sols d’aires de sport.
60% de la production du site arrageois est envoyé à l’export. Mais il doit faire face à une concurrence toujours plus forte d’usines polonaises. Pour lutter, le directeur Richard Lett mise sur des gains de compétitivité. 200 K€ seront ainsi investis cette année pour améliorer l’outil de production qui emploie 76 personnes et réalise 15 M€ de CA annuel. Julie Dumez