EntreprendreEdito n°76-Novembre 2017

> Interview

Questions à… Jérôme Gayet, directeur de l’Institut du commerce connecté “Il y a un cercle vertueux de la retailtech en France”


A l'occasion du connected day à l'Edhec le 23 novembre, le fondateur de l'institut du commerce connecté évoque la révolution que vit le commerce.


gayet ICC

 

Pourquoi ce «connected day» cette année ?
Il y a trois ans, nous avons lancé les ICC Start-up awards, avec la volonté d’offrir un prix à la start-up de l’année du commerce connecté. Mais le commerce vit une révolution phénoménale qui passe par la convergence entre
les mondes physique et digital, avec de plus en plus de porosité, même si les systèmes d’information sont encore silotés. Nous voulions plus de contenu, d’où la formule d’une journée complète cette année, qui débute par une conférence inaugurale opposant Michel-Edouard Leclerc, champion du commerce physique, et Thierry Petit, DG de Showroom-privé, champion du commerce digital. Il y aura aussi des conférences thématiques, des rendez-vous en 1 to 1, avec la possibilité pour les retailers de rencontrer les start-up, mais aussi des temps de networking, avec un espace lab où les start-up pourront présenter leur technologie.

Les distributeurs paraissent désormais très en attente par rapport au digital…
Oui, ils se rendent compte qu’ils ne vont pas se transformer seuls, qu’ils ont besoin de start-up qui sont des accélérateurs de transformation digitale, sachant qu’ils n’ont pas 5 milliards de dollars à investir en R&D comme le fait Amazon. Ils n’ont pas le choix. Ces start-up ont une traction forte, se développent de plus en plus rapidement, ont plus facilement accès au financement, via la BPI ou les fonds privés, vont plus facilement à l’international. Il y a un cercle vertueux de la «retailtech» en France. On a dans le Nord un terrain de chasse naturel pour les start-up, une proximité géographique, un accès plus facile aux dirigeants, notamment grâce à des écosystèmes très puissants comme Euratech ou Plaine Image.

Vous parliez d’Amazon. On a l’impression d’un rouleau compresseur irrésistible…
Amazon est un peu ce que le pétrole fut dans les années 60- 70 pour les Charbonnages du Nord. Il y a un challenge à ne pas voir l’histoire se répéter. ToysRus s’est placé sous chapter 11. Le modèle des retailers est sous tension. Ils ont la nécessité de changer leur logiciel et de se dire que le digital n’est pas un coût mais bien un investissement créateur de valeur qui permettra de sortir par le haut de la crise transformationnelle qu’ils connaissent plus ou moins aujourd’hui. Il y a des fleurons tels Décathlon ou Boulanger qui ont parfaitement réussi à prendre ce virage

Recueilli par O.D