Grand AngleN° 5 - octobre 2010

> Dossier

Olivier Oger : »le Nord ne croit pas à ses élites »


Se hisser à la quatrième place dans le palmarès des écoles de commerce de France, et dépasser son éternel rival l'EM Lyon. Olivier Oger, directeur général de l'Edhec, en rêve.


Cet économiste chevronné -IESEG, DES en économie- est à la tête de l’Edhec depuis 1988 après avoir dirigé un labo de recherche au sein de la catho. Son entreprise ? « L’Edhec, assurément. Avec un compte d’exploitation, des ressources et des dépenses à gérer, un projet et une stratégie. »


Le Campus de Lille
43 000 m² bâtis sur 8,5 hectares
19 amphis de 100 places
un auditorium de 750 places
300 studios, une résidence hôtelière de 38 chambres
70 M€ investis, hors logements étudiants

Membre du Comité Grand Lille, il regrette que le Nord ne se soit pas plus « investi » dans le projet du nouveau campus. « A Nice, le Conseil Général des Alpes Maritimes et la Communauté Urbaine ont financé la moitié de l’extension, soit 15 M€. » A Lille, en additionnant toutes les subventions (Feder, Région, CCI, Roubaix), on arrive péniblement à 9 M€, moins de 13 % des dépenses. « Le Nord ne croit pas à ses élites », déplore Olivier Oger.

A 57 ans, ce passionné de lecture et de cartes géographiques, membre de l’European Foundation for Management Development, regroupant toutes les business schools du Vieux Continent, veut faire de l’Edhec « l’école qui influence le plus la pratique du management en Europe. » Selon son credo : « Edhec for business, research for business ».

Lire aussi dans notre dossier :
L’Edhec vise le top 4