Tribunes libres

Le billet de Bruno Bonduelle sur l’Agence du médicament : Nostra culpa


LE BILLET DE Bruno Bonduelle


 

"Et si c'était notre faute ?"

« Et si c’était notre faute ? »

A qui la faute ? Au Médiator qui a jeté la suspicion sur la filière française du médicament ? Au Président Macron qui a fait le choix de l’Autorité bancaire européenne ?
Que de sornettes n’a-t-on pas entendu au lendemain du verdict qui mit fin au fol espoir de décrocher l’Agence européenne du Médicament ?
Comme si un aller-retour en Eurostar de 250 VIP pouvait impressionner un jury issu de 27 Etats-membres !
Comme si la construction d’un bel immeuble à deux pas de la gare Europe pouvait influencer la décision d’experts blasés par les tapis rouges que toutes les villes candidates avaient déployés sous leurs pieds !
Et si c’était notre faute ? Car Amsterdam n’offre pas seulement le glamour de ses canaux et de ses vélos.
C’est aussi la masse critique de plus d’un million d’Amstellodamois, indispensable pour le recrutement des collaborateurs des 900 experts, ces «publics rares» qu’on ne trouve que dans les grandes métropoles. Cette masse critique, Lille-Métropole la possède, mais qui le sait à Bruxelles ? Google affiche 227 560 habitants. Soit la moitié de Lyon !
Nous avions beau aligner un CHRU de tous les superlatifs, un Pasteur de tous les vaccins, une métropole de tous les carrefours, ce chiffre ridicule nous a plombés.

Le géant économique dont nous nous targuons est toujours un nain politique.

Monsieur le Président, Madame la Maire, que pouvez-vous faire pour éviter un nouvel affront lors d’un prochain challenge ? Fusionner les 87 communes pour créer d’un seul coup une ville millionnaire ? Trop brutal ! Allez-y plutôt par étapes, façon voleur chinois. Commencez par étendre à toutes les communes ce qu’on écrivait autrefois à Saint-André lez-Lille ou Marquette lez-Lille. Pour Roubaix, ce sera difficile. Cependant, le patron d’OVH ne s’offusquera pas d’inscrire sur sa carte de visite «Roubaix-lez-Lille». D’ailleurs, lez vient du latin latus, «près de» et non pas «dans».

En 2021, le Président sera élu au suffrage direct, comme un maire. Alors pourra commencer la deuxième étape, la suppression du « lez ». On écrira Roubaix-Lille.
Troisième étape, on écrira Lille ( Roubaix) comme on écrit Paris (15ème), en se souvenant du bon La Fontaine. «Plus fait douceur que violence.»