TerritoiresEdito n°74-Septembre 2017

> Développement public

Les Hauts-de-France font les yeux de Chimène à Londres


La région considère avoir une carte essentielle à jouer dans le cadre du Brexit. Elle s'organise avec un tout premier objectif : l'Agence européenne du médicament.


Avant la venue à Londres du Comité Grand Lille le 20 octobre, une délégation régionale a déjà fait le déplacement le 28 juin à Londres dans le cadre du Brexit, sous la houlette de Xavier Hourdain-BertrandBertrand et dePhilippe Hourdain. Ils ont formalisé l’ouverture d’un bureau permanent à Londres, logé à la Chambre de commerce française de Grande-Bretagne, afin de tirer parti du départ du Royaume Uni de l’Union européenne.

Ils ont aussi appuyé la candidature régionale à l’Agence Européenne du Médicament, au nom de la France. Cette agence quittera Londres en mars 2019 au profit du continent, avec ses 900 agents et autant de familles que se disputent 23 pays de l’Union. La Région, la Mel, la ville de Lille appuient leur candidature d’un acte très fort : la construction en blanc d’un immeuble de 30 000 m2, contigu au conseil régional, prêt à accueillir l’agence très vite si l’Europe retenait l’offre nordiste.

Le contexte précis du Brexit, hard ou soft, n’est toujours pas connu, mais la région Hauts-de-France veut se positionner différemment d’autres collectivités à la démarche plus «prédatrice», avec une attitude résolument «win-win». Le président de la CCI de région en a profité pour annoncer la création d’un espace dédié, sorte de lounge proposé aux businessmen britanniques juste en face de la gare Lille Europe. En parallèle, un club d’entreprises franco-britanniques doit être constitué, présenté comme un « channel hub », un « lieu de partage d’expériences et bonnes pratiques entre entreprises françaises qui exportent au Royaume-Uni et entreprises britanniques implantées en Hauts-de-France ». La CCI et la Région prévoient par ailleurs un plan d’actions sur 18 mois pour appuyer la présence régionale à Londres.

 

Duty free

Xavier Bertrand souligne que l’action régionale ne sera pas réservée àLille. L’objectif de restaurer le duty-free à Calais avec toute la dynamique économique qu’il pourrait générer est un des dossiers sur la table. La recherche d’implantation d’entreprises britanniques se fera sur tout le sol régional. La prospection ne sera pas non plus réservée à la Grande-Bretagne, mais aussi à certains pays qui ont d’importants flux commerciaux
avec le Royaume-Uni, à l’instar de l’Inde

Olivier Ducuing