TerritoiresEco121 - n°57 - Décembre-Janvier 2016

> Développement Local

Le Calaisis décroche 155 M€ pour sortir la tête de l’eau


L’ensemble des acteurs publics et l’Etat se mobilise pour abonder ce territoire en proie à d’exceptionnelles difficultés. Avec un contrat de développement territorial bien doté.


port_calaisSi Calais rime trop souvent avec réfugiés, la ville doit aussi faire face à une réalité économique en tension. Mauvaise image, taux de chômage exponentiel (15,8%), naufrage de MyFerryLink, industries en déclin, le territoire concentre les difficultés mais élus et habitants comptent bien faire valoir leurs atouts pour éviter l’enlisement. Manuel Valls a apporté dans sa besace mi novembre un contrat de territoire de 155 M€. Natacha Bouchart, sénatrice-maire de Calais et présidente de la Communauté d’agglo du Calaisis (CAC) réclamait à l’Etat cette bouffée d’oxygène depuis des mois. Dans ce contrat de développement territorial pour le Calaisis, il apportera donc 50 M€ sur une période de 6 ans, dont une première tranche de 25 M€ dès à présent. La Région mobilise quant à elle 25 M€, le département 32,6 M€ tandis que la ville de Calais associée à la CAC mettent 48 M€ dans l’escarcelle.

 

Priorité à l’emploi
Au programme, une douzaine de projets ciblés autour de trois axes prioritaires : le soutien à l’économie et à l’emploi, le développement de l’attractivité du territoire et enfin, l’ap- pui à la transition écologique et énergétique. Pour le premier volet, 7,6M€ viendront favoriser la création du parc d’attractions Heroïc Land à Calais. Ce projet représente un investissement de 275 M€, un gisement de 1 000 emplois directs et indirects selon les études. 7 M€ seront par ailleurs consacrés au soutien à la création d’emploi. Les filières traditionnelles se verront aussi soutenues : L’Etat et la Région apportent 4 M€ à la filière dentelle tandis qu’1 M€ de l’Etat doit dynamiser le commerce et l’artisanat calaisien. Au volet attractivité, l’Etat financera la requalification du front de mer à hauteur de 18,4 M€ et l’aéroport de Calais pour 3,5 M€. Enfin, l’Agence de l’eau et l’Ademe participeront à hauteur de 7,9 M€ pour l’assainissement, l’eau potable et la croissance verte. Ce contrat constitue le premier avenant au Contrat de plan Etat-Région (CPER 2015-2020) pour le Nord-Pas-de-Calais. Il s’inscrit dans ce cadre et fait appel à 400 K€ de ses crédits.
Au rang des projets, le territoire calaisien bénéficiera également de fonds destinés à Calais Port 2015. Une ambition qui porte sur un investissement global de 660 M€ à horizon 2021 pour lequel l’Etat s’est déjà engagé sur un premier versement de 43 M€. D’autres fonds Feder devraient aussi suivre. Reste néanmoins à solutionner la situation des 6 000 réfugiés de la « new jungle ». « Je félicite Madame la Maire d’avoir décroché cette manne qui je l’espère servira à développer positivement l’image de marque du Calaisis. Mais n’oublions pas que le problème à l’origine de ces fonds demeure. Les dispositions que nous avons prises ne sont pas suffisantes : il faut fermer ce camp de réfugiés », défend fermement Jean-Marc Puissesseau, président de la CCI Côte d’Opale qui note également un recul des touristes et du trafic voiture sur le Transmanche J.D.