Entreprendre

> Tribune

Le billet de Bruno Bonduelle: Ceinture rouillée


Bruno Bonduelle réagit à un article de La Voix du Nord consacré à la situation économique de Denain.


bonduelle_bdDenain condamné? La Voix du Nord du 29 Octobre a osé cette provocation sur cinq colonnes à la une . On pardonne la faute d’orthographe, mais pas la désespérance qui suinte entre les lignes de l’article et sur la photo qui l’accompagne: Une femme en fichu qui sort de son coron caché par une palissade décatie sur fond de terril où les herbes folles ont repris leurs droits.Un décor glauque qui plairait à Bruno Dumont. Aujourd’hui en baskets, demain obèse, après-demain sans-dents. Voilà ce que suggère le photographe. C’est où Denain? s’interroge l’abonné. Du côté de Valenciennes ou de Douai ? dans les ex-Hauts fourneaux éteints ou les ex-Mines fermées ?

Comment peut-on ainsi condamner ce territoire, alors que le fils de cette femme fabrique sans doute des Yaris à Onnaing et son compagnon les wagons du métro à Crespin. Ce n’est d’ailleurs pas la misère et nul enfant ne crochète des épluchures dans les poubelles. Tout au plus un retard de développement, économique, social, culturel.

Combien de Denain dans la ceinture sud du Grand Lille, cette rust belt qui court du Sud- est au Sud-ouest jusqu’à Auchel, là où le vote frontiste n’est pas sans rappeler le vote trumpiste des grands perdants de la mondialisation ? A Detroit par exemple condamnée par les usines flambant neuves du Mexique ou à Pittsburg ruinée par les aciéries chinoises.

D’après l’Insée, Roubaix dispute à Denain la place de ville la plus pauvre de France. Ici aussi les usines ont fermé. Elles étaient 200, rien que dans la laine. Ici aussi la rouille ronge les sheds sous lesquels s’alignaient les milliers de broches. Mais ici l’espoir renaît, les start-up poussent dans les friches, les OVH et autres Ankama embauchent et rejoignent les ETI Trato et Okaïdi. Ici,les pages culturelles du Monde évoquent une première au Colisée et une nouvelle exposition à la Piscine. Ici les étudiants affluent à l’Edhec et à l’Ensait . En un mot, ici, vous faites partie d’une Métropole qui, comme toutes les métropoles, crée des richesses, attire les talents et les capitaux.

En lançant l’idée d’un RER Grand Lille reliant Lille à Lens et Lille à Douai, le visionnaire Percheron voulait « métropoliser » l’ex bassin minier cher à son cœur pour qu’il échappe à la malédiction de « la France périphérique », celle des territoires oubliés qui votent contre les élites même si elles sont de gauche.

Ne doutons pas de la volonté de son successeur de partager cette vision et de mettre sur les rails ce tramway de tous les désirs.