Actus

> Etude

L’agroalimentaire, pilier majeur de l’économie des Hauts-de-France

Le 25 janvier 2018


La Région affiche une puissance de feu considérable dans le domaine de l'agroalimentaire, qui pèse 43 300 emplois, compte de nombreux leaders, et affiche une bonne dynamique.


verquin

 

 

 

La CCI Hauts-de-France a produit la première étude complète sur la filière agroalimentaire de la grande région. Le territoire des Hauts-de-France, dont les terres sont parmi les plus fertiles du monde, apparaît comme leader dans de nombreux domaines : production et transformation de pommes de terre, produits amylacés (avec Roquette, bien sûr, et Tereos Syral), mais aussi transformation de fruits et légumes, production sucrière, de glaces et de sorbets. On y trouve d’ailleurs de très grands noms, de Mc Cain à Bonduelle en passant par Vico et Haagen-Dazs. La région est leader dans des secteurs moins médiatiques tels que la production de chrysanthèmes, de cornichons, d’oignons, de pois protéagineux ou de salsifis. La première ferme aquacole française est également nordiste, avec Aquanord, à Gravelines. Les Hauts-de-France occupent la deuxième position nationale en matière de pêche et de bière.

 

BrasserieStOmer028

La région occupe encore la première place en matière de région exportatrice de produits alimentaires, avec 5,4 mds€ exportés chaque année, hors boisson.

 

4e rang national en salariés

 

Au total, la filière emploie 43300 salariés (4e rang national derrière Bretagne, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes) via 840 établissements. Parmi ceux-ci figurent de nombreux leaders de leur secteur, comme Lesaffre, Bonduelle, Holder ou Tereos.

L’agroalimentaire pèse particulièrement lourd dans l’emploi industriel de plusieurs territoires : le Boulonnais et Péronne (48%), devant l’Artois (37%), la Thiérache et Laon (33%), devant Flandres-Lys (32%).

La filière a toutefois souffert entre 2008 et 2016, en perdant 3400 emplois, sur un rythme beaucoup plus mesuré que la tendance nationale. Seuls deux secteurs ont progressé en emplois sur la période, les produits transformés et les plats préparés (+2%) et la boulangerie-pâtisserie-biscuiterie (+9%).

 

pain Lubrano48 - copie

On note toutefois un regain des investissements dans le secteur. Sans être exhaustive, la structure Agro-Sphères liste ainsi plusieurs dossiers en cours comme les fromages orientaux de la société Lailand dans l’Aisne (1 M€ investi), Michel Mouille (1,3 M€ à Capinghem), Pastacorp dans la Somme (5 M€), Picvert à Estrees-Mons (3,5 M€), Domaine picard à Villers-Bocage (3,5 M€), Nutrition & Nature à Compiègne (20 M€) ou encore la Brasserie du Pays Flamand à Merville (2,7M€).

L’étude complète est disponible sur www.hautsdefrance.cci.fr