EntreprendreEdito n°70-Avril 2017

> Tribune

La chance… est une compétence !


Par Alexis Roquette, directeur associé de Quintesens.


aroquetteQuelle est donc cette incongruité ? La chance ? Une compétence ? La chance n’est-elle pas justement ce fruit du hasard sur lequel nous n’avons pas de prise ? N’est-ce pas cette bonne étoile qui n’en fait qu’à sa guise, et qui nous fuit plus qu’elle ne nous cherche ? L’une des définitions de la chance est la suivante : possibilité, probabilité que quelque chose (surtout un événement heureux) se produise. Si la chance est une compétence, elle réside bien dans notre capacité à impacter positivement la probabilité qu’elle se réalise !

Lorsque je parle de chance, je n’évoque pas le vainqueur à l’Euro Millions qui vit un aléa heureux, mais plus des opportunités pour lesquelles vous êtes en capacité d’agir !

Philippe Gabilliet, professeur de Leadership à ESCP Europe en a clairement réalisé la démonstration. Il l’illustre notamment au travers la mise en pratique de 4 postures : Tout d’abord en développant sa curiosité, sa vigilance. Etre curieux de tout, ne pas se contenter de l’existant et sortir de la routine de nos
vies professionnelles.

Ensuite en étant convaincu de l’exceptionnel attrait du réseau. Réseau pour soi-même mais également et surtout pour les autres. Développer sa capacité à mettre les autres en relation. Egalement en acceptant d’échouer. Et même au- delà, se nourrir de l’échec, comme d’une matière première, pour mieux identifier ses ressorts.

Enfin en anticipant, en ayant toujours un projet d’avance. Détecter ou récupérer l’idée qui trouvera sa légitimité demain. Cela met également en lumière les vertus de la synchronicité. La synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. La capacité à développer et nourrir des contacts créent les opportunités, dé- veloppent le champ des possibles. S’ouvrir, rencontrer, développer sa curiosité, tout cela favorise la synchronicité. Accompagnant régulièrement des cadres dans certains moments clés de leur parcours professionnel, j’ai pu observer, à maintes reprises, la véracité et l’efficience de cette idée que la chance est effectivement affaire de compétence. Encore faut-il la vivre et l’expérimenter, pas seulement avec sa tête mais également avec son cœur et ses tripes. Cette idée est énergisante et rafraichissante. Quelle jubilation d’être les artisans de notre chance actuelle et future. Cela représente un magnifique catalyseur…de chance !