EntreprendreEdito n°67-Décembre 2016 et janvier 2017

> TRI

Hub financement: Rev3 mobilise les investisseurs de la région


Chaque trimestre, les « hub financement » de la CCI Nord de France réunissent les financeurs pour auditionner des porteurs de projet. Explications.


rev3Hélène X vient de concevoir un projet innovant. Connecté, bio- sourcé, le produit développé par sa toute jeune start-up « Futureo » recoupe dans sa totalité les objectifs déroulés avec le master-plan élaboré par la région et la CCI en collaboration avec Jeremy Rifkin. Hélène n’a aucun doute sur son idée et son potentiel. Reste à mobiliser des fonds pour engager la phase industrielle et décupler sa force de frappe commerciale.

Cette entreprise fictive pourrait être la vôtre. Plutôt que de démarcher individuellement, banques, fonds d’investissement ou business angels, autant défendre son idée lors du prochain « hub financement ». Lancée il y a deux ans par la CCI Nord de France, la démarche rassemble tous les trois mois des représentants de la diversité des financements. « Ces derniers n’ont pas toujours un regard collectif sur les dossiers. Il fallait un travail collaboratif pour avoir un regard croisé et accélérer le financement », remarque David Brusselle, directeur de la CCI Nord de France à l’origine de l’initiative. Un premier contact avec l’écosystème de financeurs et un premier retour instructif qui peut aboutir à un second rendez-vous préalable à l’obtention d’un prêt, une augmentation de capital, une subvention régionale ou nationale.

2 projets sur 3 financés
Pour préparer ce « grand oral », rien ne doit être laissé au hasard. Avant le jour J, un conseiller financier de la CCI ac- compagne les candidats pour peaufiner
leur pitch et le dossier de présentation du projet. La concision est de mise : chaque dossier ne dispose que d’un quart d’heure pour convaincre l’auditoire avant d’affronter une rafale de questions. Les investisseurs doivent comprendre en quelques minutes la te- neur du projet, le business model, son potentiel de développement. Sur les diapos du Powerpoint, les investisseurs apprécient les chiffres montrant que le chef d’entreprise a bien évalué le chiffre d’affaires potentiel du marché qu’il ambitionne de créer ou de conquérir ou qu’il a a bien identifié les offres concurrentes. Les créateurs d’appli, en particulier, doivent démontrer qu’ils se sont informés sur les projets rivaux et leur état de développement. « Si des grands groupes s’intéressent au projet, un petit porteur doit avoir une idée géniale », prévient Philippe Bailly, directeur du crédit à la Caisse d’Epargne Nord France Europe. Ai-je une longueur d’avance ? De quelle manière se différencier ? « Les porteurs doivent nous montrer leur capacité à commercialiser leur concept. Quand on est sur de l’innovation, la dimension de rapidité est très importante. C’est le premier qui fait qui gagne », observe Philippe Bailly. Autre critère clé : la capacité à diriger une entreprise. Quitte à inclure des références des expériences passées. « Nous regardons la qualité de l’équipe. Un chef d’entreprise qui ne connaît pas ses chiffres c’est un petit peu délicat », remarque Jean-Pierre Nuns, membre d’Aparté et co-animateur du Hub financement. Après un temps de délibération, les investisseurs expriment leur premier ressenti sur le projet… Et dans le meilleur cas, les plus convaincus pro- posent un second rendez-vous. « Deux dossiers sur trois reçoivent un financement partiel ou total dans les deux mois qui suivent leur passage», assure David Brusselle.

Etienne Vergne