EntreprendreEdito n°73- Juillet et août 2017

> Tribune

Et si nous quittions le bureau pour aller marcher


Par Pascaline de Ruyver, consultante et directrice associée Quintesens.


pascaline de ruyverL’homme a commencé à marcher il y a 14 millions d’années et pourtant la marche est aujourd’hui un phénomène de mode ! Pas très étonnant en réalité, si nous considérons la sédentarité comme un fléau croissant de nos Sociétés modernes. Deux raisons essentielles pour revenir à la marche : son impact très positif sur le corps, mais aussi sur l’esprit ! Sur le corps d’abord : elle entretient le système cardio-vasculaire, renforce les muscles et la capacité respiratoire, elle permet de lutter contre l’obésité, contre certains cancers et combat l’insomnie et la dépression.
Sur l’esprit aussi, elle a un fort impact : elle améliore la fonction cognitive, libère l’esprit, permet de penser, de se détendre, de réfléchir. C’est un anti-stress, elle a des bénéfices sur la mémoire, l’attention et la créativité (Cf. étude de Stanford).
C’est en lisant ces éléments que je me suis dit que la marche pouvait se transformer en un bel outil de management : facile, peu coûteux, original et immédiatement rentable.
D’où l’idée : « Et si nous sortions de notre environnement habituel et routinier pour aller marcher » ? La « walk & talk therapy » née aux Etats-Unis en 2005 est fondée sur le constat que le mouvement délie les muscles et les articulations mais aussi la pensée. Inspirons-nous-en, les possibilités sont nombreuses :

-Seul, avant un RDV important pour libérer son esprit et évacuer les pensées négatives

-15 mn en groupe, avant une séance de créativité pour remettre l’esprit en mouvement et élargir les horizons, animer et activer les idées !

-1 heure le midi à trois pour échanger de manière informelle, s’informer, s’inspirer… -Mais aussi, à deux, pour évoquer des sujets délicats sans « subir » le regard de l’autre, pour atténuer les senti- ments négatifs, la rumination mentale et apaiser les émotions.

La marche maintient le corps en action et donc l’esprit en alerte ; quoi de mieux pour résoudre des problèmes ? L’idée est simple et accessible, non ?
Si nous en parlons beaucoup aujourd’hui pour lutter contre toutes sortes de maux, l’idée n’est pas récente ; il y a 2000 ans, Hippocrate disait déjà : « La marche est le meilleur re- mède pour l’homme » ! et Nietzsche à la fin du 1XIXe siècle : « Les seules pensées valables viennent en marchant ». Le printemps a été généreux cette an- née, l’été arrive ; c’est la bonne saison pour démarrer…

Et si nous essayions ?