EditorialECO121 N° 77 - Décembre 2017-Janvier 2018

SAUVONS LES PÔLES !

Non, il ne s’agit pas des pôles de la planète qui ont déjà leur ambassadrice de choc pour défendre leur cause. Il s’agit de nos pôles de compétitivité, très menacés dans leur existence. Selon les projets gouvernementaux, seuls 17 pôles de compétitivité nationaux continueraient à bénéficier des crédits d’Etat. Les autres (il y en a 71 à ce jour) devront se retourner vers les régions, qui n’ont plus guère d’argent. Or cette évolution arrive sur une situation déjà très tendue : les crédits d’animation sont anémiés, les enveloppes dévolues au Fonds Unique Interministériel sont en berne depuis plusieurs années et les pôles manquent cruellement de visibilité. Autant dire que la situation est vraiment critique pour ces outils de percolation de l’innovation qui ont pourtant montré leur efficience depuis leur naissance en 2005.

 

Satisfecit de la Cour des comptes

 

Voilà une des rares politiques économiques nationales qui fonctionne bien depuis des années – avec même un satisfecit donné par les pourtant intransigeants magistrats de la Cour des comptes. Certes
le système est perfectible, des rapprochements sont sans doute nécessaires, certains pôles de compétitivité qui n’ont pas trouvé leur

rythme peuvent même probablement être supprimés. Dans notre région, les « pôles d’excellence », multipliés de façon clientéliste par l’ancienne équipe du conseil régional doivent à l’évidence être révisés pour gagner en efficacité. Mais ne laissons pas les pôles de compétitivité dépérir en silence alors qu’ils ont réussi incontestablement, en 12 ans, à créer du lien entre le monde académique et le tissu économique, et même à doper les échanges inter-entreprises. Il y a encore quinze ans, souvenons-nous des réticences profondes de nos Pme à partager autour du thème si stratégique de l’innovation.
Il est grand temps que le conseil régional affirme hautement ses choix et ses ambitions pour continuer à porter cette politique de clusters si fructueuse, qui a montré son effet levier dans de nombreuses régions du monde, à l’exemple du pays basque espagnol. Il n’y a pas que le canal Seine-Nord ou l’après-Brexit à l’horizon.

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction