TerritoiresEdito n° 78- Février 2018

> Développement public

Dunkerque repasse le cap des 50 millions de tonnes


Le troisième port français affiche de fortes perspectives pour 2018.


port dunkerque

 

Implantations, reprise de l’activité économique, très belle année sidérurgique… Les bonnes nouvelles se sont traduites pour le port de Dunkerque par un bel exercice 2017 en hausse de 3%, qui lui permet de passer à nouveau le cap symbolique des 50 millions de tonnes. On est encore loin du record historique de 2008, soit 57 MT, mais la dynamique s’avère nettement favorable, et conforte sa troisième position nationale. Voire de leader si l’on intègre l’ensemble portuaire Calais-Dunkerque et ses 100 MT.

Quasiment tous les trafics ont profité de l’embellie l’an dernier, hormis l’activité transmanche, qui avait connu une poussée l’année précédente avec les problèmes migratoires à Calais, et l’activité céréalière, en repli de 54% après une campagne agricole catastrophique. Mais tous les autres voyants sont au vert.

Avec un record historique de production d’acier chez ArcelorMittal, le trafic portuaire a grimpé en parallèle, et les perspectives 2018 sont de la même eau avec un prévisionnel de 7 MT. Malgré un démarrage compliqué, la plateforme méthanière monte en puissance avec 866 000 tonnes déchargées l’an dernier et le site est auto- risé depuis le 1er janvier pour le rechargement lent, et est désormais à même de réexporter.

En parallèle, le port poursuit l’extension du quai de Flandre au port Ouest (60 M€ de travaux) pour accueillir les plus grands porte-conteneurs. Cette activité a atteint 374 000 EVP en 2017, record battu.

Le port a enregistré en 2017 de nouvelles implantations ou des décisions d’implantation qui vont nourrir sa croissance à terme : l’extension de DMT (laitier, petit vrac), la mise en service d’Ecocem, la création d’une unité de plaques de plâtre. Viendront ensuite de grosses nouvelles du côté d’Aluminium Dunkerque, en cours de rachat par le conglomérat GFG qui annonce « des milliers d’emplois nouveaux », à commencer par un projet de nouvelle usine.

 

« Le plus important, c’est le maillage »

 

Parmi les dossiers structurants du port figure la réalisation de la zone Dunkerque Logistique International Sud, soit 150 ha, dont 80 ha seront disponibles dès la fin 2018. Une seconde zone de 160 ha est en projet au sud de l’A16 qui permettrait d’accueillir un certain nombre d’industriels. Pour 2018, le port prévoit d’investir 65 M€, en hausse de 5% sur l’exercice précédent. Au-delà, le port porte son programme CAP 2020 pour la décennie à venir, pour lequel le débat public a montré un très large consensus local (78,5% de soutien). Les perspectives 2018 sont présentes comme prometteuses, du fait de ces mesures de fond, mais aussi du travail en réseau des acteurs portuaires régionaux au travers de Norlink. « Nous travaillons sur la réussite de tous les espaces portuaires. Le plus important, c’est le maillage», souligne Stéphane Raison, président du directoire

François Prillieux

Étiquettes :