Actus

> Actualités

Difficultés passagères : Hauts de France Prévention apporte 20 M€ aux entreprises

Le 4 octobre 2017


La Région et la CCI Hauts-de-France lancent un outil unique en France pour aider les entreprises en difficultés passagères via des avances remboursables. Avec une grosse dotation de 20 M€ pour 5 ans.


Hourdain-Bertrand-2-BD

 

 

Xavier Bertrand et Philippe Hourdain, présidents du conseil régional et de la CCI de Région, ont porté mercredi midi sur les fonts baptismaux un nouvel outil d’envergure au service des pme de la région. Baptisé Hauts-de-France Prévention, ce dispositif unique en France est doté de 20 M€ pour 5 ans, apportés par la Région (22 M€) et la CCIR (8 M€). Il s’inspire du mécanisme que la CCI Grand Lille avait mis en place en 2012 après la grande crise, destiné aux entreprises traversant une difficulté passagère. Celles qui sont en crise structurelles ne sont pas concernées. « Beaucoup d’entreprises ont des difficultés majeures en raison d’un problème conjoncturel », souligne Philippe Hourdain, évoquant aussi bien un sinistre, le départ soudain d’un homme clé, un accident du chef d’entreprise, etc.

Concrètement, Hauts-de-France Prévention est ouvert prioritairement aux entreprises de plus de 10 salariés, qui peuvent présenter au moins deux bilans sains sur les trois derniers exercices. Il décidera des aides de 50 à 300 K€, sous forme d’avance remboursable, sur la base d’un comité d’engagement constitué de deux élus consulaires, deux élus régionaux, un dirigeant de banque (poste tournant au fil des réunions), et le directeur régional de la Banque de France.

Le comité a vocation à se réunir chaque mois, tant à Lille qu’à Amiens, pour examiner à chaque fois 4 à 6 dossiers.

 

 

Réponse sous 48 heures et confidentialité absolue

 

 

Comment faire ? Si une entreprise souhaite saisir Hauts-de-France Prévention, elle peut contacter chacune des 7 CCI territoriales de la région, qui ont chacune un référent, qui s’engage à répondre sous 48 heures puis traiter le dossier dans la semaine, dans une confidentialité absolue, gage du succès de l’opération. Si le comité accepte le dossier, une lettre sera envoyée au chef d’entreprise pour le lui signifier et permettre de jouer un effet de levier avec les banques, avant même le versement des fonds (qui suppose une délibération de la Région). Néanmoins, les délais devraient être très courts, soit autour de 30 jours. Pour un euro apporté par Hauts-de-France Prévention, l’entreprise devra apporter en parallèle un euro en fonds propres ou en dette bancaire. L’avance est accordée sur cinq ans, avec un éventuel différé d’amortissement d’un an, et dans des conditions financières très favorables (Euribor + 150 points), sans frais de dossier ni garanties demandées au dirigeant.

L’outil démarre ces jours-ci. « Si vraiment on s’aperçoit que ça répond à un besoin, on est prêt à aller plus loin en matière de dotation », lance Xavier Bertrand.

Le dispositif mis en place par la CCI Grand Lille (avec deux gestionnaires différents) avait quant à lui mobilisé 7 M€, versés dans 80 dossiers. Le taux d’échec avait été de 14%.

Cet outil avait été ficelé sur le budget 2017, avant l’annonce brutale par le gouvernement de la réduction de 17% de la recette fiscale des CCI. En revanche, l’autre projet consulaire de monter un fonds dédié aux entreprises innovantes et à la Rev3 sera plus difficile à concrétiser dans le nouveau contexte budgétaire.

Olivier Ducuing