TerritoiresN° 5 - octobre 2010

> Entreprises

CID Ascenseurs prend de la hauteur


La société de Fabien Brossay se place en alternative aux quatre majors de l'ascenseur. Elle vient d'équiper le nouveau magasin Surcouf de Lille.


L'installation de CID Ascenseurs chez Surcouf

Changement de braquet pour CID Ascenseurs. Cette jeune société née il y a trois ans sous l’impulsion de Fabien Brossay, ancien cadre chez Otis pendant 10 ans, vient de décrocher une référence de taille avec la réalisation des ascenseurs du nouveau magasin Surcouf à Lille. Une vitrine de son savoir-faire d’abord : CID Ascenseurs veut se démarquer des quatre géants mondiaux par une capacité à réaliser des opérations sur mesure, comme dans l’enseigne high-tech de la galaxie Mulliez : la société y a réalisé sept appareils élévateurs, dont un trio d’ascenseurs vitrés panoramiques, glissant de façon esthétique le long de la façade et ouvrant sur l’immense hall. Le marché représente aussi un gros morceau pour la jeune société de Thumeries, soit 25% du chiffre d’affaires 2010, attendu à 2,6 millions d’euros. «  C’était un risque technologique et financier, mais un risque maîtrisé « , souligne le jeune dirigeant, qui estime avoir déjà grignoté près de 10% du marché régional à ses très gros concurrents.

La société ne compte pas s’en arrêter là. Son président souhaite dupliquer son modèle réussi sur la Côte d’opale et en Picardie, voire plus tard en Normandie, en devenant actionnaire majoritaire d’une structure à créer avec un dirigeant associé et avec l’IRD, déjà présent au tour de table de CID Ascenseurs (15%, via Nord Création).  » Il d’abord faut trouver le bonhomme « , tempère Fabien Brossay.
Cette étape est franchie pour la Côte d’Opale, qui devrait ouvrir rapidement tandis que l’entité picarde est envisagée dès 2011. Les deux nouvelles entités devraient réaliser chacune autour de 2 à 2,5 M€ de chiffre d’affaires, et permettre à l’ensemble de viser les 8 millions d’euros. CID Ascenseurs, qui compte 13 salariés aujourd’hui, devrait ainsi tripler de taille dans le même temps. Sans compter les emplois induits chez ses fournisseurs en composants (deux entreprises françaises et une espagnole) et en pose.