Grand AngleEdito n°74-Septembre 2017

> Sondage

CERCLE VERTUEUX


Le sondage de Market Audit pointe trois grands enseignements : la primauté de l'humain, l'évidence du marketing et l'innovation transverse.


La croissance est, de manière constante, le premier sujet de préoccupation… des gouvernements. Car qui dit
croissance dit cercle vertueux, social, économique et financier. C’est ce même cercle vertueux que recherchent nos entreprises, afin de dégager les profits qui financeront leurs investissements propres à construire la croissance de
demain. Eco121 a cherché, pour cette rentrée, à identifier les clés de croissance de nos entreprises régionales,
pour mieux comprendre leurs problématiques et leurs enjeux, alors que le monde économique est impacté chaque jour par les nouveaux modèles et paradigmes qui se mettent en place, bousculant sans pitié les anciens schémas. Un grand merci aux dirigeants qui ont pris le temps de répondre à notre questionnaire pour permettre de tirer aujourd’hui des enseignements très intéressants.
Notre enquête, pilotée par le cabinet roubaisien Market Audit, nous apprend trois grandes leçons. Primo, et c’est rassurant, même en période de frénésie technologique, le paramètre humain demeure primordial.
Les ressources humaines sont le tout premier facteur de croissance identifié par
nos entreprises. De quoi susciter de grosses réflexions du côté des pouvoirs publics pour adapter les formations et les dispositifs d’accompagnement aux besoins croissants du tissu économique dont on sait que, même chez nous, la pénurie de talents touche de nombreux secteurs.
Secundo, bien vendre son produit et ses prestations est un pilier central de l’expansion de nos entreprises, expriment leurs dirigeants. Une évidence de base, bien sûr, mais qui souligne aussi une nécessité : le savoir-faire, c’est bien et même tout à fait indispensable, le faire-savoir, c’est mieux. Et là aussi, l’importance des hommes
apparaît criante.
Tertio, les réponses à notre questionnaire montrent un net tropisme des entreprises de croissance à chercher à innover non pas seulement dans le domaine technologique par la voie royale de la R&D, mais bien dans
tous les secteurs, de façon systémique. Quitte, comme l’explique le dirigeant d’Ineat en illustration à notre sondage, à remettre en question son business model tous les jours. Avec là encore un facteur humain essentiel, pour savoir gérer le changement.
On pourra aussi regretter que la troisième révolution industrielle, pourtant grande priorité régionale, ne suscite pas un enthousiasme débordant chez les entrepreneurs sondés, parmi leurs clés de croissance. Sans doute l’effort de pédagogie doit-il être toujours davantage déployé pour convaincre les chefs d’entreprise ?

O.D.