EntreprendreEdito n°72- Juin 2017

Bruno Watine : il veut créer des Auroville à la française


Le patron du groupe informatique ASAP porte un projet sociétal d'envergure, inspirée de l'expérimentation étonnante d'Auroville en Inde. Il voudrait susciter des « zones franches humanistes » en France. Et toque auprès des politiques pour concrétiser ce concept.


Le site de l'ancienne cimenterie Eqiom à Dans (62) se prêterait bien à un tel projet, cible Bruno Watine

Le site de l’ancienne cimenterie Holcim à Dannes (62) se prêterait bien à un tel projet, cible Bruno Watine

 

 

Un « Auroville » version française : voilà ce qu’un chef d’entreprise de la région , Bruno Watine, dirigeant du groupe informatique ASAP, porte dans son cœur depuis 35 ans, date à laquelle, jeune homme, il a découvert ce modèle étonnant de ville expérimentale inventée en Inde en 1968 près de Pondichéry, dans l’état du Tamil Nadu. Aujourd’hui bien installé, et les pieds bien sur terre dans le monde concurrentiel du numérique, Bruno Watine pense que le moment est mûr en France pour oser une telle initiative, qui ne serait pas une copie mais un modèle de transition sociétale, qui devrait passer par un droit élargi à l’expérimentation. Il préconise ainsi une «zone franche humaniste» qui permettrait de s’affranchir de nos règles très contraignantes, de manière limitée dans le temps et dans l’espace. Ces communautés pourraient bénéficier d’un PLU spécifique, d’un régime fiscal innovant sur le foncier comme sur les entreprises, d’un droit du travail adapté, et jusqu’à un régime de santé adapté. Le modèle, quant à lui, s’appuie sur des territoires spécifiques, largement assis sur l’économie circulaire et « un écosystème autoporteur ». « Chaque zone aurait au moins trois piliers, le premier, central, est l’entreprise, créatrice de valeurs car chaque zone doit générer de la richesse ; l’habitat ensuite, les gens habitant sur place, enfin l’autonomie alimentaire et énergétique », expose Bruno Watine, qui a présenté à l’équipe d’Emmanuel Macron ce concept. Dont il espère maintenant un passage de relais dans le monde politique. Il estime à une centaine le nombre de projets de communautés de ce type qui pourraient exister en France, dont l’un très avancé, à Toulouse, à travers Organic’Vallée, porté par une SCIC et adossé à un «pôle territorial de coopération économique». Un autre est imaginé dans le Pas-de-Calais, à Dannes-Camier, sur un site de 170 ha (photo), appartenant à Eqiom (ex Holcim) dont la cimenterie a fermé son four en 2013. Déjà un projet d’unité de biogaz est en cours, ainsi qu’une base nature et un projet touristique. De quoi, pour Bruno Watine, poser les premières bases d’une de ces communautés déjà passées de l’utopie à la réalité y compris économique en Inde O.D.