EntreprendreEdito n°71- Mai 2017

> Tribune

Bruno Bonduelle: Ferdinand, Gérard, Paul, Octave et tous les autres…


bonduelle_bd«Supposons que la France perde subitement ses cinquante premiers ingénieurs, ses cinquante premiers architectes, ses cinquante premiers banquiers,ses deux cents premiers négociants, la nation tomberait immédiatement dans un état d’infériorité vis-à-vis des nations dont elle est aujourd’hui la rivale. Admettons que la France conserve tous ces hommes de génie, mais qu’elle ait le malheur de perdre le même jour Monsieur, frère du roi, Monseigneur le duc d’Angoulême, tous les grands officiers de la Couronne, tous les ministres d’état, tous les employés dans les ministères, il n’en résulterait aucun mal politique pour l’état »

En deux phrases, le duc de Saint Simon (1675-1755) règle leur compte à tous les conservateurs de son temps. Trois siècles ont passé. Gageons que si un candidat à la Présidentielle avait osé tenir de tels propos, il eût été traité de provocateur ultra libéral et battu à plates coutures. Plus près de nous, on ne compte plus les entrepreneurs nés dans le Grand Lille et devenus leaders mondiaux sans que les princes qui nous gouvernent y soient pour quelque chose. Jugez-en : En 1821 à Thumeries, Ferdinand Beghin construit une sucrerie dans les terres à betteraves de la Pévèle, guidé par son seul instinct et les suites du Blocus Continental. Sans un franc d’argent public. Son lointain successeur Téréos est aujourd’hui leader mondial grâce à un fulgurant développement au Brésil.

En 1961 à Roubaix, Gérard Mulliez se lance dans la distribution alimentaire dans le quartier des Hauts Champs sans un euro d’argent public, avec le concours du crédit à 90 jours de ses fournisseurs. Vous connaissez la suite de cette incroyable saga familiale dont les enseignes brillent dans toute l’Europe. En 1967 à Lesquin, Paul Dubrule ouvre son premier Novotel mais n’accueille qu’un seul client ! La chaîne Accor compte aujourd’hui dans le monde 5 500 hôtels, sans un dollar d’argent public. En 1999 à Roubaix encore, polonais, crée l’hébergeur Octave Klaba, fils d’un immigré OVH dans le cloud, c’est-à-dire dans les nuages d’un canal qui s’est perdu. En 2017, il rachète le californien V Cloud Air et ambitionne la place de N°1 mondial. Sans un zloty d’argent public… Ne soyons pas injustes. Nos trois Eura ont été créés avec de l’argent public par la volonté de trois élus, lille avec Mauroy, santé avec Aubry, technologies avec Saintignon. D’ailleurs Saint-Simon fut injuste lui aussi car c’est un Ministre des Finances du Roi, un certain Colbert, qui créa la Manufacture de Saint Gobain en 1665. Une entreprise mondiale avant l’heure qui emploie de nos jours pas loin de 200 000 collaborateurs dans 70 pays !