EntreprendreEdito n°66-Novembre 2016

> Tribune

Améliorer sa communication financière pour un meilleur pilotage de son entreprise


Par Arnaud Delpierre, associé KPMG à Lille.


Arnaud DelpierreDifférentes études réalisées par KPMG mettent en évidence que la communication financière délivrée par les PME et les ETI est perfectible. En effet, il existe un écart important entre les attentes des partenaires financiers et la communication financière que l’entreprise est prête, voire capable, de donner. Les partenaires financiers évoqués sont les actionnaires, les banques, les assureurs-crédit ou un fonds d’investissement qui s’apprête à entrer au capital de la société. Ces parties prenantes sont animées par des intérêts et des motivations différentes mais elles cherchent toutes à comprendre la stratégie décidée par les dirigeants de l’entreprise et les moyens mis en œuvre pour y parvenir.

Ainsi, il ressort qu’une entreprise qui cherche à améliorer cet exercice de communication vers ses partenaires financiers, progresse elle-même. Cela implique que le chef d’entreprise et son comité de direction définissent une stratégie claire pour l’entreprise en tenant compte des évolutions de son marché et des risques inhérents. Le fait de devoir raconter « l’histoire » passée et future de l’entreprise à des parties prenantes externes suppose que le management ait préalablement partagé le projet. Au-delà de l’adhésion du management au projet de l’entreprise, l’amélioration de la communication financière va créer un cercle vertueux qui doit embarquer toutes les fonctions de l’entreprise. La stratégie à moyen terme définie est une pro- messe qui ne peut se réaliser que si les moyens humains, les investissements, l’innovation, les financements,…sont bien mis en œuvre. Ainsi l’exercice de préparation de comptes prévisionnels à 3 ans, de prévisions de trésorerie et d’un plan d’investissement va permettre de chiffrer les moyens financiers dont l’entreprise a besoin.

La communication financière à destination des partenaires financiers doit aussi être vécue comme une opportunité pour le dirigeant de confronter ses choix stratégiques à l’analyse de tiers. Tout chef d’entreprise devrait bénéficier de cet effet miroir en partageant régulièrement son projet avec ses partenaires. Ces derniers inter- viennent dans tous les secteurs de l’économie et pourraient ainsi apporter un éclairage différent issu de leur expérience auprès des nombreuses sociétés qu’ils accompagnent. Pour que cet échange soit bénéfique, le chef d’entreprise devra accepter un effort de transparence et de vérité.