EntreprendreN° 5 - octobre 2010

> Innovation

Alerteo, championne de la chasse au gaspi


La société d'Olivier Foubert, spécialiste dans les économies de consommation des bâtiments lance une seconde levée de fonds, en prévision d'une forte croissance.


Quel est le point commun entre l’aéroport de Lille Lesquin, le CHRU, Norauto, la ville de Dunkerque ou celle de Six-Fours, dans le Var ? Tous – et bien d’autres – ont réalisé d’énormes économies de consommations d’eau depuis deux ans. Consommation divisée par plus de deux à l’aéroport; 40.000 m3 économisés par an au centre hospitalier de Lille; facture allégée de 170.000 euros en deux ans à Dunkerque… A l’origine de ces résultats spectaculaires se trouve une société pourtant très modeste.

 

Alerteo, née en 2003, lauréate LMI et Réseau Entreprendre Nord, ne compte guère que huit salariés dans des locaux tout simples de l’ex avenue des paraboles à Roubaix. Elle affiche un chiffre d’affaires limité à 700.000 euros. Pourtant, le fonds d’amorçage Inovam et Finorpa sont entrés au capital en 2007 (30% des parts). Car le potentiel d’Alerteo est considérable. «  Si la vitesse a diminué sur nos routes, c’est à cause des radars. Nous faisons la même chose. Nous regardons avec nos clients l’état de la route et nous mettons des radars là où il le faut, judicieusement placés « , explique Olivier Foubert, le dirigeant. Ce Madeleinois de 54 ans, issu d’une formation en gestion, connaît bien son métier, après 20 années d’expérience dans le secteur de la relève des compteurs.

 » Tout bâtiment qui consomme plus de 10.000 euros en eau et énergie par an est concerné par notre système. « 

Alerteo a développé un logiciel, Noe (nouvelle organisation énergétique), connecté à des capteurs (200 différents), qui permet une lecture en temps réel des flux, avec des systèmes d’alerte quand des seuils sont atteints. Un dispositif très adapté pour des bâtiments importants, et donc réservé au B to B. Inutile d’insister sur les exigences du Grenelle de l’environnement, la demande croissante de développement durable ou d’amélioration du bilan carbone : le climat est pour le moins propice pour la PME roubaisienne. Celle-ci engrange d’ailleurs les références de poids : Norauto, Castorama (avec un objectif de 20% de baisse moyenne de consommation par bâtiment), Aldi, de grands opérateurs de téléphonie et des banques. La start-up a aussi signé avec le géant Veolia, et ses perspectives sont importantes. Son chiffre d’affaires devrait déjà grimper à plus d’un million d’euros en 2011, et Olivier Foubert, qui reste discret, affiche de grandes ambitions. La petite société semble même gêner certains grands opérateurs qui lui ont fait perdre des marchés pourtant très bien engagés. Et un major, dont le dirigeant tait le nom, lui a même déjà proposé de le racheter ! Une perspective qu’Olivier Foubert n’imagine même pas.
Le développement commercial et technologique d’Alerteo passe en revanche par un nouveau tour de table de quelques centaines de milliers d’euros qui devrait être bouclé cet automne.